Landes de Somme

Tremblantes, les feuilles happent le vent
Se l’approprient et le modèlent
Dans leurs branches il tourne vibrant
Puis fend la lande, frappe les stèles
Lire la suite

Publicités

#64 Hou(bli)-blon(d)

Dans la beauté endeuillée des tristes mégacités
Au carnaval dix-neuf-cent, à la beauté des sentiments
Dans les rues rousses au point du jour
A la Croix des canuts, aux ouvrages immortels
Vibrent les vies simples dans les passages délabrés
Dans les travées soudaines se taisent les oubliés
Et dans des caveaux bondés ils avalent l’oubli blond Lire la suite

#62 Dans des méandres inondés, je gis

Une drôle d’aventure dans laquelle je me suis lancé en septembre 2015 :
retracer mon premier mois de chômage dans une
fresque versifiée à raison de cinq vers par jour.
Voici le résultat de cette expérience.

Couleurs mordorées, chaudes et délicieuses,
Qui tombent des nuées, fragrances fiévreuses,
Et m’embrassent. Mon âme leur est acquise
Dès lors, telles des poésies marquises,
Qu’elles azurent mes yeux de leurs miracles.

Car c’est rêveur que je souhaite vivre
Peupler mes songes d’atmosphères cuivres
Et m’envoler sur des sommets perdus
Où je pourrais m’éprendre, tout éperdu,
De leurs gloires fades, leurs rayons oracles. Lire la suite

#61 Une enfance

Allures intestines de provinces oubliées
Sentiers rares, buissonneux qui serpentent ici et là
Ruelles cachottières aux accents familiers
De ces villes ouvrières où croît dru le lilas

Combien de souvenirs ? Et combien de jeux simples ?
Dans nos alcôves, les rires, les cris de la marmaille
Foulant la terre nue, où poussent les simples
Que les vieilles préparent à de vieux pince-maille. Lire la suite

#60 Timeo iram genii malis

« Timeo iram genii malis »
Lisait-on au fronton des vieux temples
« Des mauvais génies, je crains la malice. »
Des mots cachés derrière les bois amples.

Et l’humain s’est retiré au désert
Dans l’agnosie triste, attiré par l’oeil
Rougeoyant de rage, veillant leur misère,
Brûlant tout, la pierre, les troncs et les feuilles. Lire la suite

#58 Bragþáttr Aegirson #8 : Le Viking

Et c’est ainsi que Gahúrd aux cieux éternels
Triomphe encore de Dreyrugr la rebelle
Pour qu’aux côtés du Jarl ils atteignent enfin
Les terres riches et vertes des rois des confins
Et, seul en ces confins, Gahúrd trouve repos
Harrassé par le poids de sa gloire, son fardeau.
Le guerrier aux yeux justes, Gahúrd cieux exaltés,
A conduit dans le feu au fil de son épée
Ses frères et leurs pères et les frères de sa femme
Resplendissants dans la lumière de sa fâme
D’une terre à l’autre, par delà les océans
S’écrit le nom d’Alfgúrdson, héros de céans Lire la suite

#57 Bragþáttr Aegirson #7 : Le Veilleur

Ils se tiennent dressés au sein de l’incendie
Pleins de gloire, de terreur, de rage et de folie
Sur leurs insubmersibles radeaux fièrement
Dressés en défi dans le sein des éléments
Ils voguent vers l’Ouest dans la colère de Thor
Et la malice de Loki aux feux d’aurore,
Prisonniers du vieux combat entre ombre et lumière
Pris en tenaille entre le courroux de deux frères.
Avant que ne sombre tout espoir, Alfgúrdson
Empoigna son cor et de ses poumons il sonna
Si fort qu’on eut cru Gjallarhorn, le lur puissant,
Mêlant Gahúrd à Heimdall dans le nom du vent.
Entendant Ragnärok, les hommes crient leur joie
De rejoindre les Dieux dans un glorieux trépas.
Ils forcent et poussent à l’Ouest encensés de croyances,
Défiant les lois des mers grâce à leur arrogance. Lire la suite

#56 Bragþáttr Aegirson #6 : Aegirson

Les flots, les eaux teintant les bois bouges
Mystifiant l’étendue de mer salée
Qui devint Aegir Dreyrugr. Voguer
Sur les flots vermeils de la mer
Sauvage, belle et immense, indomptable et amère
Attirant les hommes, guerriers ou pêcheurs
Et grâce à Aegirson, ils rêvent d’ailleurs
De flots d’azur tendus comme des météores
Jusqu’à perte de vue, de babord à tribord.
Gahúrd et les siens, lancés sur le Grand Océan,
Un clan réuni à l’assaut des éléments
Chantant pour son Jarl et mangeant le bélouga
Pour enfin inscrire leurs noms dans les sagas ;
Poursuivant tous la course des chasseurs de feu,
Emportés par la houle, emportés par les cieux. Lire la suite