Publié le

#12 Ils rentreront tous au port

Il étincelle sur les flots
Fragile feuille au vent dans les mains de Neptune
Impuissant sur la houle aux faveurs de la lune
Dans le rythme des matelots
Claquements secs des voiles au vent
Et les crissements montant des ponts inférieurs
Pulsent puissamment dans les bois du grand coureur
Pétillant comme un virevent

Et de lofer par vent arrière
Une vire tendue lancée du timonier
Et qu’exécutent en funambules les gabiers
Au travers le chant du tonnerre
Force brute qui crie et hurle
Malmenant le fier navire dans les écueils
Que le Capitaine nous évite le deuil
Et revigore les banturles
Car ils rentreront tous au port
Pour que les filles qui attendent au bord de l’eau
Puissent choyer à nouveau leurs beaux matelots
Un-seul comme des égrégores.
Publicités

À propos de Vil Faquin

Vous connaissez la Faquinade ? Non ? Baltringues.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s