Publié le

# 21 Chiens de Guerre #2 – Les chants de la négation

Les Chiens de guerre gravirent le monticule des cadavres désarticulés. Au sommet, ils déployèrent leur insigne, étoffe de mort flottant dans les airs, afin que tous n’ignorent pas par qui furent occis ceux qui aujourd’hui reposent sans sépulture au milieu de la plaine. Portant leurs cors à leur bouche, ils en firent résonner le son sourd et grave sur les contreforts des montagnes qui cisaillaient le pays à l’Est, immense cicatrice de pierre, produisant un écho assourdissant.

Puis l’un d’eux fit donner de sa voix, que l’on eût crue beaucoup plus rude pour un corps aussi taillé pour le combat. Les autres reprirent en chœur son triste chant. Et ils entonnèrent cette mélodie glacée, celle là même qui retentit à la genèse de ce monde, alors que les démons déferlaient dans les cieux avant d’être enfermés à jamais derrières les portes infernales.
C’est ainsi que, pour la première fois depuis plus de mille ans, on entendit les chants de la négation, augures de mauvais présages, que les chiens de guerre ne manqueraient pas de transmettre avec fureur à ceux que le destin mettra en travers de leur route.
Publicités

À propos de Vil Faquin

Vous connaissez la Faquinade ? Non ? Baltringues.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s