Publié le

#23 A mon éternité damnée

A mon éternité damnée aux noirs accents
Aux ferveurs engluées, aux sombreurs de mes nuits,
Aux créateurs, à la vanité des absents,
Aux langueurs océanes qui me guident en mon huis,
A ces fentes cruelles et aux ogives nues,
Aux engeances, aux Sisyphes, à vos forts intérieurs,
A ces courbes chamelles, aux femmes devenues,
A ces suées abrégées, aux souvenirs d’odeurs,

Aux jolis cœurs fêlés et à ces cils embués,
A mes prières ignorées, aux alcôves tristes,
A mes raz de marées, aux soirs entêtés,
A cet ost dérisoire, aux pensées terroristes,
Et à elle mon ange, mon idole immortelle,
Qui de ses embruns damne mon éternité,
A l’offrande muette et la suave belle,
Me voici devant vous. Allez-y. Dégainez !
Publicités

À propos de Vil Faquin

Vous connaissez la Faquinade ? Non ? Baltringues.

3 réponses à “#23 A mon éternité damnée

  1. Comme tu veux pas que j’en fasse trop, je dirais juste que j’aime beaucoup ! 😀 Et que c’est bien écrit, quand même.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s