Publié le

#37 Bourreau des coeurs

Je pense et il me semble, que c’est d’Anatolie
Que celle qui ressemble aux fières Walkyries
Nous provient, étrangère, jolie et fascinante.
Ce regard de guerrière belle et stupéfiante

Sonde les âmes en peine, recherchant la douleur
Et toujours il essaime, oiseau de fleur en fleur
Portant son triste augure, qui a chagrin pour nom.
Cathare de Montségur hélas ! Pauvre maison

Que celle qui l’abrite et lui donne couvert
Car c’est dans son orbite, que le sentiment perd
Tout pied face aux marées seul coincé dans la houle.

C’est l’orfèvre des songes, les beaux ou les plus sombres,
Dieu de tous les Athées solidaires, dans la foule,
Géniteur du mensonge, l’Amour perdu dans l’ombre.

Héautontimorouménos #2

Publicités

À propos de Vil Faquin

Vous connaissez la Faquinade ? Non ? Baltringues.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s