#62 Dans des méandres inondés, je gis

Une drôle d’aventure dans laquelle je me suis lancé en septembre 2015 :
retracer mon premier mois de chômage dans une
fresque versifiée à raison de cinq vers par jour.
Voici le résultat de cette expérience.

Couleurs mordorées, chaudes et délicieuses,
Qui tombent des nuées, fragrances fiévreuses,
Et m’embrassent. Mon âme leur est acquise
Dès lors, telles des poésies marquises,
Qu’elles azurent mes yeux de leurs miracles.

Car c’est rêveur que je souhaite vivre
Peupler mes songes d’atmosphères cuivres
Et m’envoler sur des sommets perdus
Où je pourrais m’éprendre, tout éperdu,
De leurs gloires fades, leurs rayons oracles. Lire la suite

#45 Les Enfants de Cabu (Ode à Charlie)

Devant les vagues déferlantes de la haine
Qui ont embrasé l’âme de hères perdus
Il a toujours écrit, pris la page en arène
Et devant le néant il ne s’est jamais tu.

Toujours sur la brèche pour observer le monde
A en être miroir contre toute défiance
Pour lui crier à la face ses doctrines immondes,
Nous touchant tous au cœur, objecteur de conscience.
Lire la suite

#37 Bourreau des coeurs

Je pense et il me semble, que c’est d’Anatolie
Que celle qui ressemble aux fières Walkyries
Nous provient, étrangère, jolie et fascinante.
Ce regard de guerrière belle et stupéfiante

Sonde les âmes en peine, recherchant la douleur
Et toujours il essaime, oiseau de fleur en fleur
Portant son triste augure, qui a chagrin pour nom.
Cathare de Montségur hélas ! Pauvre maison Lire la suite

#33 Dirae (malédictions)

Je vis dans un univers de malheur
Où plane l’aura de la fin du monde
Je vis dans un univers de torpeur
Où plane une menace d’outre tombe 

Je vis sur les rives du dernier fleuve
Beaucoup trop proche des ténèbres sans nom
Je vis là où mortes les âmes pleuvent
Venez Damnés et voyez ! L’Achéron  Lire la suite

#32 Sonnet pour Hellènes

En un pays beau, sec et enchanté, là bas
Une contrée perdue, lointaine et au-delà
Le peuple sans nom de ces Hellènes je crois
Les mêmes que Jason en un semblable endroit 

Triste et fier ce peuple de sang, de sentiments
De douceur impulsive, Aimés aimant amants,
De fureur subversive, tueurs tuant. Tuant.
Ces Hellènes oubliés, au fond des temps arrogants. Lire la suite