#23 A mon éternité damnée

A mon éternité damnée aux noirs accents
Aux ferveurs engluées, aux sombreurs de mes nuits,
Aux créateurs, à la vanité des absents,
Aux langueurs océanes qui me guident en mon huis,
A ces fentes cruelles et aux ogives nues,
Aux engeances, aux Sisyphes, à vos forts intérieurs,
A ces courbes chamelles, aux femmes devenues,
A ces suées abrégées, aux souvenirs d’odeurs,

Lire la suite

Publicités

#5 Alain

        Il voyage en solitaire…
Le dimanche à Tchernobyl il y a toujours cette légère éclaircie sous les yeux du volontaire. Etrange été, où la nuit je mens, dans mes prisons de l’irréel… Douce fantaisie militaire ; dans tout ça j’passe pour une caravane. Alors, aux grands voyageurs, je leur crie : « Bombez ! Faites Monter ! » et mes bras enserrent le grand vertige de l’amour. Sommes-nous … tel… ? Faisons envie… Je ne sais. En attendant je me dore, malaxe. C’est au 2043, Samuel Hall. Il y a ici une petite entreprise, sorte de bijou-bijou inachevé. Qu’y-a-t-il à apprendre que l‘on ne sache, nous les résidents de la République ? Là, Madame rêve ; ici, Martine boude ! Ce décor de cantique des cantiques fait suffoquer les dames aux fourrures angoras…

Lire la suite