#33 Dirae (malédictions)

Je vis dans un univers de malheur
Où plane l’aura de la fin du monde
Je vis dans un univers de torpeur
Où plane une menace d’outre tombe 

Je vis sur les rives du dernier fleuve
Beaucoup trop proche des ténèbres sans nom
Je vis là où mortes les âmes pleuvent
Venez Damnés et voyez ! L’Achéron  Lire la suite

#32 Sonnet pour Hellènes

En un pays beau, sec et enchanté, là bas
Une contrée perdue, lointaine et au-delà
Le peuple sans nom de ces Hellènes je crois
Les mêmes que Jason en un semblable endroit 

Triste et fier ce peuple de sang, de sentiments
De douceur impulsive, Aimés aimant amants,
De fureur subversive, tueurs tuant. Tuant.
Ces Hellènes oubliés, au fond des temps arrogants. Lire la suite

#31 Mémorable

Aujourd’hui s’inquiète le passeur.
Depuis midi, il craint pour sa demeure.
Surpeuplées sont les rives de l’Achéron
Car batailles se livrent, de vils félons
Tous n’ont pas encor de quoi monnayer
Leur passage pour lors se reposer.
Nombreux sont ceux qui se noient, sans pouvoir
Oublier leur souffrance. Ah ! Désespoir !

Lire la suite

#10 Saturne

Salut à toi, ignoble sire ! Viens t’en plus près !
Joins-toi à moi que je contemple ta tristesse,
Que je t’enserre dans ma haine, Ô Dieu mauvais !
Saturne fou qui effraie toute pécheresse.
De tes bras glacés d’éther, tu avances nu.
Brumeuses fragrances flottant aux alentours.
Ton sexe pendant entre des jambes poilues,
Pointant vers tes sabots, satyre aux beaux atours. 

Lire la suite

#9 Oh tempora!

Modeleur obséquieux des colonnades grises,
Orfèvre servile d’un palais oublié,
Il s’échine chaque jour au lierre qui frise
A briser, décorer au temps du sablier
Cette immuabilité qui suinte des pierres,
Le rendant éternel aux faux airs d’arrogance.
Ce Goliath d’artifices, de parures vulgaires,
Il s’effrite sous l’art d’Eol, de l’élégance. 

Lire la suite